PianoArc : un piano circulaire digne des princes et des grandes vedettes

Un peu plus tôt dans l'année, j'ai rencontré un designer fascinant au groupe d'utilisateurs d'Altium de San Diego. Dave Starkey m'a parlé d'un piano circulaire appelé Pianoarc, conçu par ses partenaires et lui-même. Au cours de cette interview, découvrez le parcours de Starkey et les raisons qui l'ont amené à co-réaliser cet instrument unique qui orne maintenant un palais du Moyen-Orient et qui est joué dans le monde entier par Brockett Parsons, visionnaire du PianoArc et claviériste de Lady Gaga.

Dave Starkey et Brokett Parsons à Abou Dabi

Judy Warner : Dave, parlez-nous de votre carrière d'ingénieur et de ce qui vous a amené à concevoir et développer le PianoArc.

Dave Starkey : lorsque j'étais lycéen, j'ai décidé que je souhaitais devenir musicien professionnel ou alors créer des instruments de musique. J'ai vite réalisé que je ne ferais pas carrière comme musicien. J'ai donc concentré mon attention sur les technologies qui ont permis de développer des instruments de musique électroniques tout en poursuivant mon BSEE à Purdue. J'ai ensuite passé de nombreuses années à concevoir une grande variété de produits musicaux qui m'ont permis d'obtenir 16 brevets et de vendre ma société d'ingénierie à National Semiconductor. Après avoir quitté la National, j'ai développé un système qui permet de générer le MIDI dans les pianos acoustiques. J'ai fait la connaissance de Chuck Johnson, qui travaillait dans le métier, développant et installant des laboratoires de formation musicale pour les universités. À l'université, Chuck et Brockett Parsons faisaient partie d'un groupe de jazz - Chuck était au clavier et Brockett jouait de la trompette. Brockett a continué à jouer du clavier en tant que musicien de studio, gagnant de la télé-réalité, avant de rejoindre le groupe de Lady Gaga. Comme l'extravagance de Lady Gaga l'éclipsait presque totalement, Brockett a eu l'idée de créer une représentation visuelle du piano.

Dave Starkey testant le Pianoarc

C'est à ce moment là que Brockett a appelé Chuck. Chuck m'a appelé pour me demander si je pouvais adapter mon système et l'intégrer dans un clavier circulaire. Comme j'adore les défis, nous nous sommes lancés dans la course. J'ai repensé certains circuits imprimés existants à l'aide d'Altium Designer et reconfiguré le système existant de numérisation des touches. En trois mois environ, nous avions sorti notre première unité qui pesait 400 kg. Rien dans cette unité n'était prêt pour la production ni même reproductible.

Brockett Parsons et Lady Gaga

Warner : quelles sont les caractéristiques du Pianoarc qui le rendent attractif pour les musiciens ?

Starkey : tout d’abord, l'admiration qu'il suscite sur scène est extraordinaire. Mais au-delà de cela, les 288 touches à code couleur permettent d'organiser une palette complète de sons dans un plan continu. Par exemple, Brockett joue souvent avec un piano à l'avant, le vacarme du synthé à sa droite, des cordes à gauche et un ensemble complet de batterie derrière lui. Ce qui est impressionnant c'est que la détection continue de l'emplacement des touches permet à ce clavier de reproduire des sons plus rapidement que tout autre clavier du marché. Alors oui, c'est une nouveauté, mais c'est aussi l'un des meilleurs contrôleurs de clavier du marché.

Touches de piano personnalisées pour Pianoarc

Warner : à quels défis techniques avez-vous été confronté lors du développement du PianoArc ?

Starkey : en voici la liste - qui n'est pas si courte que ça :

  • Réaliser un travail de conception sans équipement coûteux.
  • Trouver le matériau approprié pour la fabrication des touches - nous avons réalisé huit versions pour obtenir l’ajustement et la finition requis.

Réduire le poids pour pouvoir le transporter. La première unité pesait

  • 400 kg, alors que les nouvelles unités font 135 kg, caisse d'expédition incluse.
  • Le rendre modulaire pour pouvoir procéder à l'installation et au démontage en quelques minutes.
  • Faire en sorte qu'il puisse être expédié par les sociétés de transport public, et de préférence qu'il puisse passer les contrôles aériens.
  • Avoir les tripes pour créer et financer des prototypes.
  • La conception a évolué au point que les cartes de circuit imprimé font partie du système d’alignement mécanique des touches.
  • Trouver un moyen de le rendre abordable.

Pianoarc avec éclairage au néon

De nos jours, les claviers sont fabriqués en série à l'aide d'équipements coûteux. Notre budget d'ingénierie est très limité et le prix de fabrication des pièces en plastique est beaucoup trop élevé. L'impression 3D de 300 touches est extrêmement coûteuse et ne permet pas d'obtenir les tonalités que les musiciens exigent. Nous avons donc trouvé un atelier d'usinage très coopératif qui nous a accompagnés avec enthousiasme à chaque étape. Nous avons testé de nombreux matériaux et processus différents avant d'adopter les touches dont nous disposons aujourd'hui. En bref, la conception de ce produit a demandé beaucoup d'efforts !

Circuits imprimés et touches pendant la phase de conception

Warner : quels types de circuits imprimés se trouvent sous le « capot », pour ainsi dire ?

Starkey : aujourd'hui, la conception se réduit à cinq conceptions de circuits imprimés et un total de 34 assemblages de circuits imprimés pour un système complet de 288 notes à 360 degrés. Treize d'entre eux sont composés de quatre couches. Les autres sont à deux couches. Le boîtier de commande monté en rack comporte également un circuit imprimé constitué de quatre couches. Ces cartes utilisent au total 18 microprocesseurs Kinetis dotés chacun d'un port USB. Tous les processeurs du cercle communiquent avec le boîtier de commande, qui regroupe et transpose toutes les informations. Les données sont ensuite transférées sur un ordinateur ou un synthétiseur au moyen d'une clé USB ou d'un bon vieux MIDI.

L'équipe du Pianoarc au salon

Warner : à qui s'adresse le produit d'un point de vue commercial ?

Starkey : l'adéquation du produit au marché représente un défi ! Nombreux sont ceux qui trouvent notre prix de vente exorbitant. Cela étant dit, il existe des passionnés de piano/clavier qui veulent se démarquer et qui peuvent se permettre de révolutionner le matériel qu'ils utilisent pour leurs spectacles, p. ex. ceux qui aiment en général les trucs d'enfer, comme les princes et les grandes vedettes qui remplissent les stades !

Usinage de touches de piano personnalisées pour une coupe circulaire

Warner : merci beaucoup, Dave, de nous avoir expliqué la façon dont vos partenaires et vous-même avez développé le Pianoarc. Nous vous remercions tout particulièrement d’avoir accepté d'apporter un PianoArc à AltiumLive à San Diego et d’avoir invité Brockett à venir en jouer. Nous sommes tous impatients de voir le PianoArc et d'entendre Brockett en jouer !

 Starkey : tout le plaisir est pour moi, Judy. Nous sommes impatients de faire connaître le    PianoArc    à la communauté AltiumLive également.

About the Author

Judy Warner


Judy Warner has held a unique variety of roles in the electronics industry since 1984. She has a deep background in PCB Manufacturing, RF and Microwave PCBs and Contract Manufacturing with a focus on Mil/Aero applications in technical sales and marketing.

She has been a writer, contributor and journalist for several industry publications such as Microwave Journal, The PCB Magazine, The PCB Design Magazine, PDCF&A and IEEE Microwave Magazine and is an active member of multiple IPC Designers Council chapters.

In March 2017, Warner became the Director of Community Engagement for Altium and immediately launched Altium’s OnTrack Newsletter.
She led the launch of AltiumLive: Annual PCB Design Summit, a new and annual Altium User Conference.

Judy's passion is to provide resources, support and to advocate for PCB Designers around the world.

Follow on Twitter Follow on Linkedin Visit Website More Content by Judy Warner
Previous Article
Réflexions sur les flexo-rigides - Partie 2
Réflexions sur les flexo-rigides - Partie 2

Comment sont fabriqués les PCB flexibles et les PCB flexo-rigides ? Dans ce blog, je traite de la façon don...

Next Article
Plongée dans les contraintes de conception et de fabrication - partie 2
Plongée dans les contraintes de conception et de fabrication - partie 2