Trois objets connectés qui utilisent des conceptions de circuits imprimés intelligentes

CircuitStudio

La fourchette HAPIfork dans toute sa splendeur / Source : Utilisateur Flickr - David Berkowitz

 

 

Terminator 2 est l’un de mes films préférés. Personne n’incarne mieux qu’Arnold Schwarzenegger ce robot super cool. Même si j’adore ce film, je n’ai jamais voulu qu'il devienne réalité. Malheureusement, avec l'avènement de l'Internet des objets (IoT), j'ai peur que Skynet ne devienne rapidement une réalité. Une multitude d’objets du quotidien sont imprégnés « d'intelligence ». La seule consolation que j’ai est que de nombreux appareils  intelligents » de l'IoT sont si inutiles qu’il n’y a aucune chance qu’ils se mettent à conquérir le monde. Même les objets superflus de l’IoT nécessitent des circuits imprimés sophistiqués. Il y a trois objets en particulier qui auraient vraiment pu se passer de leurs circuits imprimés dignes de Skynet, j'ai nommé : la fourchette HAPIfork, les chaussettes intelligentes de Sensoria et le presse-agrumes Juicero.

 

 

8380738447_d4be7eb7e2_z.jpg

 

 

La fourchette HAPIfork

Au lieu de me faire sourire, la fourchette HAPIfork me fait pleurer. C'est une fourchette qui tente de vous aider à perdre du poids en régulant la vitesse à laquelle vous mangez. « Comment y parvient-elle ? », me demandez-vous. Eh bien, elle utilise un accéléromètre MEMS (3 axes) pour vérifier la vitesse à laquelle vous mangez. Si vous mangez trop vite, la fourchette vibre pour vous faire ralentir. Il serait, selon moi, plus utile d’inculquer aux gens des techniques de perte de poids basées sur la maîtrise de soi au lieu de les dresser comme des chiens. Qu’est-ce que j’en sais moi de toute façon ? Je suis ingénieur, pas expert en diététique.

Après avoir visité leur site Web, je me suis rendu compte que HAPIfork avait beaucoup investi pour élaborer sa fourchette « intelligente ». La fourchette HAPIfork était également le seul des trois produits à fournir un manuel téléchargeable sur son site Web. C'est comme ça que j’ai appris qu’ils avaient utilisé un accéléromètre MEMS 3 axes pour détecter la vitesse à laquelle nous mangeons. Voici les autres composants et leurs fonctions.

  • « Capteur de capacité ». Je pense qu'ils veulent dire plutôt capteur capacitif pour détecter le moment où vous tenez la fourchette.

  • Connexion micro-USB.

  • Un accéléromètre MEMS à 3 axes pour vous assurer que vous mangez et que vous ne vous plantez pas la fourchette dans la main. Dans la réalité, le texte utilisé est « (sans accidentellement toucher la fourchette avec votre autre main ou un couteau). »

  • Module de vibration pour déclencher une réaction pavlovienne.

  • Une puce Bluetooth qui vous permet de « suivre votre alimentation en temps réel. »

  • Batterie lithium-ion de 150 mAh d’une autonomie de deux semaines en une heure de charge.

  • Mémoire intégrée suffisante pour stocker deux semaines de données

  • Le processeur ARM® Cortex®-M0, qui est le plus petit microprocesseur ARM disponible actuellement.

Bien que l’idée d’une fourchette « intelligente » me laisse un goût amer dans la bouche, je trouve que ses circuits imprimés sont plutôt de bonne qualité. Sa batterie possède une autonomie de deux semaines au cours de laquelle elle peut stocker des données sur votre façon de manger dans la mémoire embarquée ou les envoyer à votre téléphone via Bluetooth. Et toutes les puces gérant ces fonctions sont encastrées dans le manche de la fourchette. Faux pas majeur de la part de HAPIfork : cette fourchette n’est pas étanche. Elle est uniquement classée IPX4, ce qui signifie qu’elle résiste aux éclaboussures d’eau. Pour laver votre fourchette HAPIfork, vous devez retirer ses composants électroniques. Si vous laissez tomber votre fourchette dans un bol de soupe ou un verre d'eau, vous devrez racheter une nouvelle fourchette pour 99 $. Vous risquez d’hésiter longtemps avant d’acheter une fourchette « intelligente », mais le prochain périphérique vous réserve également quelques surprises.

 

shutterstock_322015511.jpg

Un jour peut-être nos chaussettes nous parleront

 

 

Chaussettes intelligentes Sensoria

Le simple fait de prononcer le nom de ce produit devrait dissuader quiconque de le créer. Les chaussettes sont des tubes de tissu qui vont sur nos pieds, elles ne sont pas censées être intelligentes. Cela étant dit, je suis tout à fait impressionné que Sensoria ait effectivement réussi à intégrer des puces à une chaussette. Selon Sensoria, ces chaussettes ont pour but de réduire les blessures en collectant des données lorsque nous courons. Elles recueillent surtout des données sur votre cadence de course, sur la façon dont vos pieds tombent et l’intensité de vos pas. Peut-être que la NSA les convaincra d’installer une puce GPS afin qu’ils puissent vous suivre lorsque vous faites votre jogging. Je n’aime pas courir donc je ne cours aucun risque.

Bien que je déteste l'idée, je suis très impressionné par l’ingéniosité et la détermination qui ont été mises dans cette chaussette. La chaussette de Sensoria intègre 3 capteurs « textiles » propriétaires, entièrement souples au bas de chaque chaussette. Cette société a clairement pris une longueur d’avance sur les conceptions souples qui seront incontournables dans le secteur des dispositifs électroniques prêt-à-porter. Ces capteurs transmettent les données à un connecteur situé sur la cheville via des « fibres conductrices ». Celles-ci ont été mises au point par la société, mais j’imagine qu’elles sont tressées de cuivre avec une sorte de tissu. Le circuit imprimé se trouve à l'intérieur de ce qui s'apparente à un bracelet. Celui-ci reçoit les données des capteurs par l'intermédiaire d'un port magnétique sur la cheville. Il ne vous reste plus qu’à charger votre bracelet de cheville (6 heures d'autonomie), à l’enclencher sur votre cheville, à replier la partie supérieure de votre chaussette sur celui-ci (fashion !), puis à connecter le tout à votre téléphone via Bluetooth avant de faire votre jogging.

Sensoria semble développer une puce à usage général qui sera utilisée dans ses autres vêtements « intelligents ». Apparemment, vous pouvez acheter un kit de développement pour ce module. Il semble que Sensoria se projette sur le long terme avec ses puces et capteurs propriétaires.

Presse-agrumes Juicero

Vous avez peut-être déjà entendu parler du presse-agrumes Juicero. Celui-ci est actuellement décrit partout comme étant inutile, et ce, à juste titre. Le Juicero crée des jus en pressant des sachets intégrant une purée de fruits et de légumes. Le plus amusant dans tout cela est que ces sachets peuvent être pressés à la main pour produire du jus. Puisque le Juicero ne crée pas le jus via une centrifugeuse, celui-ci n’est pour moi qu’un simple presse-agrumes. Ce produit a levé plus de  100 millions de dollars en capital-risque pour son développement. Avec tout cet argent, l’entreprise a réussi à créer un presse-agrumes à moteur complexe et connecté vendu à 399 $.

Le Juicero utilise un moteur électrique et un système d'engrenage pour presser les sachets avec une force de 4 tonnes. Le moteur électrique est alimenté par un bloc d'alimentation personnalisé. L'alimentation est à côté d'un circuit imprimé qui intègre une puce WiFi, un capteur optique, des voyants LED et plusieurs autres composants (comme illustré dans cette démonstration). Le système nerveux du Juicero repose sur un processeur ARM STM32F407. C'est une puce haute performance, intégrant plusieurs canaux périphériques et une mémoire flash.

Il semble qu'une étonnante quantité de temps et de travail de conception ait été consacrée au Juicero. La presse agrume a un cadre en aluminium usiné, et les coques sont toutes en plastique moulé par injection. Juicero rivalise avec Apple dans l’intention et les détails apportés à ce produit pour créer la parfaite centrifugeuse. Mais je ne pense pas que nous verrons de nombreux hispters arpenter les rues avec ce produit dans leurs sacs. Pour moi, le Juicero est le genre d’objets connectés inutiles qui intègrent des circuits imprimés intelligents.

 

shutterstock_375758902.jpg

Considérez votre appareil comme étant terminé / Source : Usa-Pyon / Shutterstock.com

 

 

L'Internet des objets conduit les ingénieurs de circuits imprimés à optimiser leurs techniques de conception. Qu’il s’agisse de minuscules circuits imprimés intégrés aux manches d’une fourchette ou de capteurs et puces souples montés sur des chaussettes, nous voyons l'avenir de la conception de circuits imprimés dans l’IoT. Si les films Terminator représentent un tant soit peu la technologie du futur, le Terminator T-1000 liquide nous indique que le futur sera fait de circuits imprimés fluides... Je souhaite donc bonne chance à tous les ingénieurs qui se lanceront dans cette aventure ! Si seulement il existait de bons produits pour toutes ces formidables conceptions de circuits imprimés.

Si vous concevez la prochaine fourchette ou chaussette intelligente, vous aurez besoin d'un logiciel intelligent. CircuitStudio repousse les limites de la conception de circuits imprimés, tout comme le budget nécessaire. Ceci me semble être la parfaite combinaison. Je vous demande juste de ne pas créer des circuits pour des robots qui peuvent tous nous tuer.

Vous vous demandez pourquoi CircuitStudio est la bonne solution pour vous ? Contactez un expert Altium.

 

 

 
 
Previous Article
Comment concevoir des circuits d’alimentation de microSD sans perturber la tension d’alimentation de la carte
Comment concevoir des circuits d’alimentation de microSD sans perturber la tension d’alimentation de la carte

Comment concevoir des circuits d’alimentation de microSD sans perturber la tension d’alimentation de la carte

Next Article
Relever les défis posés par la conception de circuits imprimés flex-rigides
Relever les défis posés par la conception de circuits imprimés flex-rigides

Il va sans dire que les technologies portables seront celles de demain.

Commencez l’évaluation gratuite de Altium Designer. +1-800-544-4186

Faire un essai